Rodriguez Group en redressement judiciaire

Le groupe français spécialisé dans les yachts de grand luxe placé en redressement judiciaire.

Coup de tabac pour le chantier Rodriguez Group, qui vient d’être placé en redressement judiciaire par le tribunal de commerce de Cannes, avec une période d’observation de 6 mois.

En difficulté depuis le début de la crise, la société qui s’est au fil des ans, désengagée de la construction (sous-traitée en Italie), pour se spécialiser dans la conception de superyachts et dans leur commercialisation, n’a pas résisté en fin d’année au non paiement d’une échéance de sa filiale SNP Boat Service, qui faisait partie de son plan de sauvegarde.

La période de redressement judiciaire qui s’ouvre pour le groupe Rodriguez verra donc la société restructurer sa dette auprès de ses créanciers.

L’annonce de ce redressement judiciaire a d’autant plus étonné le monde de la finance, que la publication des chiffres en décembre, faisant état d’une réduction des pertes de 50% sur un an à 18 millions d’euros, avait enthousiasmé les analystes.

Las, il semble que la vente de deux belles unités attendue lors du salon de Cannes et depuis lors repoussée, n’ait pas permis à la société de passer la cap. Le chiffre d’affaires de Rodriguez Group s’est en effet établi à 56.7 millions à fin septembre, contre 78 milions un an plus tôt.

Dans un communiqué, la société indique poursuivre son activité «dans les conditions habituelles». Ce qui ne doit pas être le cas de ses fournisseurs…

Posted in Actus Nautique, Bateaux Moteurs, Catamarans, Charter - Location de Bateaux, Course au large, Decoration, Design, Economie, Electronique Marine, Essais bateaux, Internet, Magazines, Mega Yachts, Non classé, Occasions Moteurs, Salons Nautiques, Tenders, Voile, Yachts, Yachts Design | Leave a comment

Guy Couach le fondateur du chantier naval, basé à Cujan Mestras, s’est éteint dans sa 88ème année.

C’est avec beaucoup de tristesse que nous venons d’apprendre la disparition de Guy Couach, survenue avant hier, dans sa 88ème année.

Avec Guy Couach, disparait une personnalité qui aura profondément marqué l’histoire du nautisme français pendant plus de 40 ans.

Né en 1926, Guy Couach est une figure marquante de la filière nautique hexagonale. Descendant d’Albert Couach, le fondateur en 1897 des célèbres moteurs marins Couach, Guy Couach intègre l’entreprise familiale et initie, en première mondiale, la production de bateaux à l’échelle industrielle, posant ainsi, dès 1946, les bases du motonautisme en série.

C’est en 1962 qu’il crée le chantier Guy Couach, destiné à la fabrication de bateaux en matériaux composites. En 1970, il fait construire le premier yacht au monde en aramat, matériau composite à base de kevlar. Du chantier, situé à Gujan-Mestras sur le bassin d’Arcachon, sortiront dès lors plusieurs centaines de yachts portant sa griffe et dont les performances marines des coques restent de renommée mondiale.

Guy Couach dirigera l’entreprise et continuera à en dessiner les modèles jusqu’en1986. Le Chantier Naval Couach, racheté en 2011 par un groupement d’investisseurs régionaux, Nepteam, reste spécialisé dans la fabrication de yachts de luxe de 20 à 50 mètres en matériaux composites et de bateaux à usage professionnel (patrouilleurs et vedettes pour les marines nationales, douanes et gardes-côtes).

Posted in Actus Nautique, Bateaux Moteurs, Catamarans, Charter - Location de Bateaux, Course au large, Decoration, Design, Economie, Electronique Marine, Essais bateaux, Internet, Magazines, Mega Yachts, Non classé, Occasions Moteurs, Salons Nautiques, Tenders, Voile, Yachts, Yachts Design | Leave a comment

Hausse de la taxe d’amarrage

L’Etat a décidé de réformer le système de la taxe foncière pour les postes d’amarrage, dans les ports de plaisance.

Quatre millions de plaisanciers français concernés

Le président de la Fédération française des ports de plaisance, Serge Pallarès, se fait d’ailleurs l’écho de la colère des plaisanciers. Au Figaro.fr, il a fait valoir que « l’ensemble des 4 millions de plaisanciers français est concerné par  cette hausse des prix. Contrairement à ce que l’on peut entendre dans  certains couloirs de Bercy tous les plaisanciers ne sont pas riches ».

Une hausse de 80 à 100 euros selon les ports

Précisons que la taxe prévue par Bercy se traduira pour chaque poste d’amarrage, par une taxe supplémentaire de 110 euros par an pour les ports de Méditerranée, 80 euros pour les autres ports de l’Hexagone et 50 euros pour les ports non maritimes. Une taxe qui a du mal à passer auprès des plaisanciers et qui devrait intervenir dès le mois de janvier 2014.

Posted in Actus Nautique, Economie | Leave a comment

Note de la DDTM concernant les activités littorales liées au Tourisme

- Cette note s’applique aux eaux maritimes bordant le département des Alpes Maritimes.

Posted in Actus Nautique, Economie | Leave a comment

Un projet de port à sec présenté à Beaulieu-sur-Mer

Début de la concertation publique, ce mercredi soir à Beaulieu-sur-Mer, sur le dossier de modernisation du port de plaisance.
Un projet à 100 millions d’euros présenté dans ses grandes lignes qui pourrait sortir de l’eau dans cinq ans.

« Ce dossier, je le vis avec toutes mes tripes. Je suis Berlugan, et je l’imagine pour les plaisanciers mais aussi pour tout le village. Dans le respect des traditions.Et avec la vision nécessaire pour notre économie et pour les générations futures », lance Roger Roux dans une salle communale pleine à craquer.

Le projet est ambitieux : avec 80 places de 8 m et 160 places de 10 m en sous-sol, qui s’ajouteront aux quarante nouveaux postes de 12 m à 18 m à flot créés dans l’anneau.

Posted in Actus Nautique, Bateaux Moteurs, Catamarans, Charter - Location de Bateaux, Course au large, Decoration, Design, Economie, Electronique Marine, Essais bateaux, Internet, Magazines, Mega Yachts, Non classé, Occasions Moteurs, Salons Nautiques, Tenders, Voile, Yachts, Yachts Design | Leave a comment

Vision Hydrogène. Qu’est-ce qu’on attend ?

Cela fait longtemps que cette vision attend son heure de gloire.

La vision de l’hydrogène comme combustible fut décrite par Jules Verne, il y a bientôt 140 ans.

En 1874, dans son roman L’Île Mystérieuse, Jules Verne attribue cette vision à l’ingénieur Cyrus Smith. Discutant de l’épuisement du charbon, il propose d’utiliser « l’eau décomposée en ses éléments constitutifs, sans doute, par l’électricité… » Smith ajoute : « Oui, mes amis, je crois que l’eau sera un jour employée comme combustible, que l’hydrogène et l’oxygène, qui la constituent, utilisées isolément ou simultanément, fourniront une source de chaleur et de lumière inépuisables et d’une intensité que la houille ne saurait avoir … »

Manifestement la vision de Jules Verne n’a guère été suivie. Et pourtant…

Si le monde avait suivi la vision de Jules Verne, il n’y aurait pas eu d’investissements exorbitants et aberrants dans les énergies fossiles (le charbon, le pétrole, le gaz naturel, le nucléaire et le gaz de schiste).
La suite ici Mediapart

Posted in Actus Nautique, Economie, Non classé | Leave a comment

Top 10 des yachts les plus beaux et les plus innovants de la planète

Véritables palaces flottants, ces yachts à la fois beaux et ultra-modernes répertoriés dans cette sélection d’images vont vous faire rêver. Car quoi de mieux pour partir voguer sur l’eau qu’un beau bateau spacieux où l’on se sent dedans comme dans un hôtel quatre étoiles. En matière de bateau, certains riches possesseurs de yachts n’hésitent pas à mettre les moyens pour s’offrir de véritables immeubles flottants où l’on peut trouver à l’intérieur tout le confort nécessaire pour une croisière de luxe ! Comme le cas de cette sélection de yachts tous plus gros et plus beaux les uns que les autres.

A lire ici

Posted in Decoration, Design, Yachts, Yachts Design | Leave a comment

En direct de la Suisse

L’OFT veut accepter les bateaux mus par des vecteurs d’énergie respectueux du climat

Berne, 11.04.2013 – A l’avenir, les bateaux pourront naviguer non seulement au diesel, mais aussi au gaz naturel, à l’hydrogène, aux pellets ou grâce à d’autres vecteurs d’énergie similaires. Les entreprises pourront ainsi réduire les émissions de CO2. C’est ce que propose l’Office fédéral des transports (OFT) dans son projet de révision de l’ordonnance sur la construction des bateaux pour lequel la procédure d’audition a été lancée aujourd’hui. La révision prévoit également de contraindre les entreprises à dresser des plans d’urgence.
Jusqu’ici, les combustibles qui peuvent produire un mélange air-gaz inflammable par des températures inférieures à 55°C n’étaient pas admis pour la propulsion de bateaux à passagers. Cette disposition avait été introduite en 1994 dans l’ordonnance sur la construction des bateaux pour des motifs de sécurité et elle interdisait, par exemple, l’utilisation de moteurs à essence. Cependant, elle excluait aussi les combustibles respectueux de l’environnement tels que le gaz naturel ou l’hydrogène. L’OFT entend changer cela en révisant l’ordonnance sur la construction des bateaux et contribuer ainsi à la réduction des émissions de CO2 en navigation. Les vecteurs d’énergie spéciaux seront admis à condition que les entreprises concernées respectent les règles de la technique applicables dans ce domaine. Par ailleurs, le personnel devra disposer de connaissances spécialisées suffisantes et l’accès à certains locaux de bateaux mus par des vecteurs d’énergie spéciaux pourra être restreint.

L’OFT a saisi l’occasion de la révision d’ordonnance pour y intégrer une disposition qui contraindra les entreprises à élaborer des plans d’urgence. En effet, les exercices d’urgence ont révélé que les ressources ne suffisaient pas toujours ou que les processus n’étaient pas assez rodés pour maîtriser des cas de détresse à bord de bateaux à passagers. Notamment en hiver, les équipes de sauvetage ne sont disponibles que de manière restreinte alors que plusieurs entreprises ont considérablement étendu leur offre hivernale au cours des dernières années. Les entreprises de navigation devront donc désormais démontrer par des plans d’urgence qu’elles sont en mesure de maîtriser des urgences avec leur propre personnel et leur propre matériel ou à quelles équipes de sauvetage externes elle peuvent faire appel et comment celles-ci sont impliquées dans la maîtrise d’un cas d’urgence. L’OFT a élaboré un guide à ce sujet en collaboration avec des représentants des entreprises de navigation, de la police et des services d’intervention.

Posted in Bateaux Moteurs, Economie, Non classé | Leave a comment

Le fabricant de bateaux en aluminium OCEA lève 4 M€

ACE Management entre au capital du spécialiste français des bateaux en aluminium
OCEA à l’occasion notamment de la recomposition du tour de table de la société,
à hauteur de 4 M€, autour de ses dirigeants, qui restent majoritaires.

Cette opération intervient dans le cadre du lancement d’un important
programme d’investissement de la société, qui va consacrer 15 M€ à la
modernisation et à l’extension de son outil industriel.

Fondé en 1987
aux Sables d’Olonne, OCEA est un des chantiers navals français leaders dans la
construction de bateaux en aluminium. Fort de 240 employés basés aux Sables
d’Olonne, à Saint-Nazaire, Fontenay le Comte et à La Rochelle, OCEA produit des
bateaux en France.

Outre son activité principale de construction de
bateaux de surveillance côtière en aluminium, OCEA produit également des navires
de transport à destination des plate-formes off shore, des yachts ou encore des
bâtiments spéciaux pour les professionnels de l’océanographie et de
l’environnement. Equipée d’outils de conception et de production les plus
innovants, la société réalise en outre des cuves et citernes pour l’industrie.

Lire la suite ici

Posted in Actus Nautique, Economie | Leave a comment

Jeudi 21 Mars l’Europe demande a la France de mettre fin a l exoneration de tva des yachts

la cour européenne de justice a demandé à Paris de mettre fin à l’exonération de TVA dont bénéficient les yachts. Tous nos voisins se sont pliés à cette demande mais la France tarde encore à régler cette question.

Lors de la première transcription de la directive dans le droit français, Paris avait fixé trois conditions pour l’exonération : une activité commerciale, un équipage permanent et une immatriculation comme navire commercial, en France ou à l’étranger. L’UE ne jugeant pas ces conditions assez restrictives, la Commission avait alors envoyé un premier rappel à l’ordre. Dans la loi de finances rectificatives de 2010, Paris a donc ajouté la condition de navigation en haute-mer. « En pratique, il s’agissait plus d’une adaptation sémantique du régime d’exonération de TVA après un premier rappel à l’ordre de la Commission européenne », observe Sophie Borenstein, associée du cabinet Reed Smith. En effet, tous les yachts sont potentiellement des navires de haute mer. La Commission a donc éclairci sa position pour demander à la France de ne pas assimiler la plaisance aux navires de commerce. Dans un avis motivé du 21 novembre 2012, la Commission a ainsi expliqué que la directive TVA, article 148, ne pouvait pas s’appliquer aux yachts. « Cette exonération n’est pas applicable aux bateaux de luxe utilisés par des personnes physiques à des fins d’agrément, expliquait la Commission Européenne le 21 novembre dernier. L’avis motivé de l’institution européenne s’appuie également sur un arrêt de la Cour de Justice Européenne datant du 22 décembre 2010. Après une plainte du Grand-Duché, la société Bacino avait été condamnée à rembourser la TVA qu’elle n’avait pas payée car la Cour avait considéré que la location de yachts ne pouvait pas entrer dans les catégories exonérées de taxes dans la directive européenne sur le secteur.

« Avec la directive TVA, l’UE avait voulu exonérer le transport de passagers, à l’image des compagnies aériennes, explique Hervé Israël. Mais elle n’avait jamais eu l’intention de l’appliquer à toutes les activités hébergées par les bateaux. » En France, l’exonération du taux de TVA de 19.6% est fermement défendue par les sociétés françaises de location de yachts, en particulier sur la côte méditerranéenne et aux Antilles. Les acteurs du marché craignent un effet domino sur l’ensemble du secteur de la location, avec des répercussions sur l’industrie du tourisme. « Effectivement, on peut aussi regarder dans le détail et se demander pourquoi les bateaux qui organisent des petites balades pour les touristes ne seraient pas également considérés comme des bateaux de plaisance. » Les sociétés de location ne sont pas les seules à profiter de cette exonération, un plaisancier pouvant créer sa société de gestion destinée à son seul yacht et lui payer un loyer. « Toutefois l’administration fiscale et douanière a commencé à revenir dessus en obligeant ces propriétaires à louer leur yacht à des tiers pendant au moins 50% du temps, notamment pendant la saison estivale, sous peine de ne pas être reconnu comme navire de commerce », précise Sophie Borenstein, associée du cabinet Reed Smith.

Posted in Actus Nautique, Economie, Yachts | Leave a comment